Archives de catégorie : CARSAT

Déclaration préalable des administrateurs CGT au Conseil d’Administration De la Carsat Normandie du 16 septembre 2019


Ce Conseil d’administration se tient juste après le calendrier annoncé par Le 1erMinistre sur la construction du projet de loi sur la réforme des retraites en prenant appui sur les préconisations de rapport DELEVOYE.

L’objectif de mettre en place un régime unique par points conduisant à supprimer le système de retraite actuel et ses régimes a été rappelé devant le CESE.

Pour la CGT, nous devons garder les principes de solidarité fondateurs de la sécurité sociale qui sont résumés dans cette phrase « on donne selon ses moyens et on reçoit selon ses besoins » Or depuis quelques années les politiques gouvernementales tendent à démanteler ce qui s’est construit sur les notions de solidarités, cherchent à diviser et à jouer les intérêts des uns contre les autres.

Il n’est pas question que l’on nous fasse travailler plus longtemps, comme il n’est pas question que l’on accepte une diminution des pensions sous prétexte d’équilibre des comptes.

Le 1erministre comme le Président de la République veulent nous vendre une retraite universelle qui serait plus juste et équitable.

Mais la vraie justice sociale, c’est celle qui consisterait aujourd’hui à ce que les salaires des femmes soient à la hauteur de ceux des hommes, que l’on arrête d’exonérer les cotisations patronales et salariales sous couvert de créations d’emploi ou d’amélioration du pouvoir d’achat, la vraie justice sociale serait d’augmenter les salaires et créer des emplois, la vraie justice sociale serait de taxer les revenus financiers.

N’est-il pas scandaleux de voir près de 50 milliards d’euros versés en dividende aux actionnaires et dans le même temps nous expliquer qu’il faut faire des économies et que l’on ne pourrait financer nos retraites de demain ?

Nous sommes donc résolument contre ce projet de réforme et ferons tout pour construire les mobilisations comme le 24 septembre 19 prochain et quoique que l’on puisse penser, nous ne sommes pas dans des combats d’arrière garde à défendre des privilèges bien au contraire plus que jamais défendre notre sécurité sociale c’est être moderne comme notre système de répartitions

On n’a jamais eu autant besoin de solidarité.

Déclaration CGT au Conseil d’Administration de la Carsat

Normandie du 9 juillet

Le projet de CPG (Contrat Pluriannuel de Gestion) 2018/2022, soumis aujourd’hui à notre vote, est la déclinaison de la Convention d’Objectif et de Gestion (COG) nationale.

Notre sécurité sociale subit aujourd’hui une attaque sans précédent jusqu’à vouloir l’effacer de notre constitution pour l’intégrer dans le champ de la protection sociale et l’ouvrir ainsi à la concurrence. Les branches subissent des cures d’austérité répétées affaiblissant de manière conséquentes la capacité pour nos caisses de répondre aux besoins des assurés.

Les ambitions et objectifs affichés marquées par les orientations stratégiques et les moyens négociés avec l’Etat pour les mettre en œuvre révèlent un décalage que l’on qualifiera d’indécent.

Alors que nous connaissons depuis quelques mois de grandes difficultés à assurer la liquidation des retraites des assurés de notre région et que nous allons faire face à des enjeux tel que l’intégration de l’ex RSI, le CPG, que vous nous présentez, valide sur la période de la COG la suppression de près de 32 ETP, ce qui impactera les assurés sociaux dans l’accès à leur droit comme la réponse à leur besoins sociaux.

Nous réaffirmons notre volonté de travailler pour les assurés sociaux et notre vote ne sera pas un vote de défiance mais un vote offensif pour proposer et construire une vraie réponse aux besoins.

Vous l’avez compris nous allons nous opposer à la déclinaison de cette COG en CPG. Non pour désavouer les équipes, mais bien pour signifier une fois encore, l’urgence absolue d’opérer une rupture avec les politiques de maîtrise des dépenses sans pour autant proposer d’autres alternatives comme par exemple taxer les revenus financiers.

La CGT est résolument engagée dans cette reconquête de justice sociale.

Les principes qui ont présidé à la création de la Sécurité Sociale conservent aujourd’hui une remarquable modernité. Ils n’ont rien perdu de leur portée révolutionnaire, laquelle mérite d’inspirer celles et ceux qui œuvrent à la construction d’une société solidaire.

DECLARATION DES ADMINISTRATEURS CGT CARSAT NORMANDIE DU 26 MARS 2018

Les retraites sont en colère et ils l’ont exprimé fortement les 15 et 22 mars derniers. Colère légitime contre une atteinte à leur pouvoir d’achat par l’augmentation de la CSG.

Non ce ne sont pas des privilégiés et l’effort demandé s’apparente à un certain mépris de leurs conditions de vie alors que dans le même temps ceux qui détiennent les richesses vont voir leurs revenus augmenter du fait d’une pression fiscale bien moins importante.

Colère car pour un grand nombre d’entre eux c’est une incompréhension totale quand ils regardent le niveau de la pension de janvier et celle de février par rapport à décembre.

Prenons un exemple

  1. et Mme Dupont
  2. retraité CNRACL   en décembre 2017 il touche une pension de 1235,34 €, en janvier 2018 il touche 1182,22 € soit en moins 53,12€ ; il touche de la CARSAT une pension de 126,43 € en décembre et en janvier il ne touche plus que 121€ soit 5,43 € en moins, avec 7,28€ sur sa retraite complémentaire, il se voit donc prélever 65,83€.

En décembre 2017 il avait 1375,77€ en 2018 il ne touche plus que 1309,94 après avoir travaillé pendant 43 ans et eu plus de 174 trimestres.

Mme retraitée Carsat elle touche une pension de 461,20€ en décembre 2017, en janvier celle-ci n’est plus que de 441,39 € soit moins 19,81 €, sa complémentaire passe de 135,75€ à 118,23€ soit moins 17,52€

En décembre 2017 elle touchait 596,95€ pour ne touchait que 559,62€ en janvier

Pour ce couple c’est donc un manque à gagner de 103,16€ par mois 1237,92 sur l’année.

Et nous pourrions en citer des exemples, ce qui rend la colère encore plus légitime c’est qu’au-delà d’un simple courrier les avertissant d’une évolution du calcul de leurs prélèvements sociaux, c’est le silence total de la part des impôts ou de la CARSAT qu’ils ont essayé de joindre à maintes reprises pour essayer de comprendre ce manque à gagner qu’ils trouvent injuste.

Le droit à l’information ne se limite pas à une simple annonce, nos retraités ont besoin de plus de considération.

Nous sommes saisis de demandes d’explication, les retraités comparent leur situation, sont inquiets et cherchent à comprendre.

Nous devons leur répondre même si nous avons à liquider les retraites, gérer les stocks avec des moyens qui vont diminuer. Nous avons cette responsabilité.

Pour la CGT les retraités ne doivent pas être ainsi traités, et nous disons haut et fort non à cette hausse de la CSG et l’augmentation des prélèvements sociaux.

D’autres choix sont possibles comme la taxation des revenus financiers.