Déclaration préalable des administrateurs CGT au Conseil d’Administration De la Carsat Normandie du 16 septembre 2019


Ce Conseil d’administration se tient juste après le calendrier annoncé par Le 1erMinistre sur la construction du projet de loi sur la réforme des retraites en prenant appui sur les préconisations de rapport DELEVOYE.

L’objectif de mettre en place un régime unique par points conduisant à supprimer le système de retraite actuel et ses régimes a été rappelé devant le CESE.

Pour la CGT, nous devons garder les principes de solidarité fondateurs de la sécurité sociale qui sont résumés dans cette phrase « on donne selon ses moyens et on reçoit selon ses besoins » Or depuis quelques années les politiques gouvernementales tendent à démanteler ce qui s’est construit sur les notions de solidarités, cherchent à diviser et à jouer les intérêts des uns contre les autres.

Il n’est pas question que l’on nous fasse travailler plus longtemps, comme il n’est pas question que l’on accepte une diminution des pensions sous prétexte d’équilibre des comptes.

Le 1erministre comme le Président de la République veulent nous vendre une retraite universelle qui serait plus juste et équitable.

Mais la vraie justice sociale, c’est celle qui consisterait aujourd’hui à ce que les salaires des femmes soient à la hauteur de ceux des hommes, que l’on arrête d’exonérer les cotisations patronales et salariales sous couvert de créations d’emploi ou d’amélioration du pouvoir d’achat, la vraie justice sociale serait d’augmenter les salaires et créer des emplois, la vraie justice sociale serait de taxer les revenus financiers.

N’est-il pas scandaleux de voir près de 50 milliards d’euros versés en dividende aux actionnaires et dans le même temps nous expliquer qu’il faut faire des économies et que l’on ne pourrait financer nos retraites de demain ?

Nous sommes donc résolument contre ce projet de réforme et ferons tout pour construire les mobilisations comme le 24 septembre 19 prochain et quoique que l’on puisse penser, nous ne sommes pas dans des combats d’arrière garde à défendre des privilèges bien au contraire plus que jamais défendre notre sécurité sociale c’est être moderne comme notre système de répartitions

On n’a jamais eu autant besoin de solidarité.