A Madame la présidente de la CRSA de l’ARS Normandie


A Caen le 7 avril 2020 

Objet : Covid-19

Madame, 

Nous sommes à près d’un mois de mesures de confinement dans une crise sanitaire sans précédent. L’ensemble du secteur hospitalier et du médico-social sont fortement mobilisés.

Les personnels démontrent leur engagement au quotidien, du médecin à l’infirmière en passant par l’aide-soignante et les personnels des services supports (blanchisserie, techniciens, femmes de ménage…) toutes et tous œuvrent pour sauver des vies.

Ils le font dans des conditions difficiles car ils subissent depuis plusieurs années des politiques de santé désastreuses qui ne tiennent pas compte ni des besoins ni des réflexions des professionnels. Des politiques qui nous contraint aujourd’hui non pas de gérer l’épidémie comme il se devrait mais à gérer la crise liée à la pénurie.

La priorité doit être aujourd’hui la santé des citoyens et non pas une visée économique à court terme au risque d’une facture très lourde à terme.

La vie humaine n’a pas de prix, il faut engager un dépistage massif dans notre région comme sur le territoire national qui permettra de protéger, d’anticiper et de guérir un maximum de nos concitoyens.

Les exemples sont trop nombreux de soignants en hôpitaux, en clinique, en EHPAD qui n’ont pas les équipements nécessaires.

De même pour le transport sanitaire qui se fait dans des conditions parfois déplorables, dangereuses.

Idem pour les personnels de l’aide à domicile. 

Aujourd’hui, des personnes âgées sont confinées, seules …le seul lien étant ces professionnelles qui, faute de moyens ne peuvent plus intervenir.

Ce que nous pouvons regretter fortement, Mme la Présidente, c’est qu’en cette période de crise sanitaire les représentants syndicaux ou mandates CRSA ne reçoivent aucune information de la part de l’ARS qui refuse de répondre à nos sollicitations.

Comme si la démocratie sanitaire et sociale s’était arrêtée le 17 mars.

Nous tenons à rappeler que nous sommes directement en lien avec les professionnels que nous représentons et à qui nous devons répondre sur de nombreuses questions et inquiétudes légitimes, accentuées par ce manque de communication et de consultation au sein même des établissements et structures.

Les 1 et 2 avril se réunissaient en audio conférence le groupe de travail de la commission des usagers de la CNS (notre CRSA était représentée) et la Commission permanente le 2 avril 2020.

La conférence nationale de santé a adopté un avis relatif à la crise sanitaire. Cet avis et ses 7 recommandations principales ont été remis à M. Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé.

La CNS appelle à renforcer encore et toujours, une communication honnête, transparente, fondée scientifiquement, organisée et adaptée aux différents publics cibles indispensable et indissociable d’un climat de confiance entre les acteurs.

La CNS appelle donc à la structuration, par les pouvoirs publics, d’une véritable politique de communication nationale et régionale au service d’une information éclairée, cohérente avec les données scientifiques existantes, adaptée aux différents niveaux de littératie, accessible et inclusive favorisant la solidarité et l’assistance mutuelle (professionnels de santé et grand public) concernés.

Lorsque cette politique de communication est orientée vers les professionnels de santé, elle doit permettre d’informer et de répondre aux questions des usagers.

Celle-ci doit s’appuyer sur les organismes représentatifs de la société civile, sur les syndicats, sur les associations d’usagers.

Nous demandons donc avec insistance que ce que préconise la CNS en matière de communication entre autres devienne une réalité pour les membres de la CRSA.

Nous demandons qu’une communication loyale se mette en œuvre dans les plus brefs délais.

Comptant sur votre écoute

                                                                       Mme Kerhardy Marielle 

                                                                       Membre CGT de la CRSA